ZOMBIES

«J’ai toujours envisagé les zombies comme une forme de révolution, avec une génération dévorant la suivante.»
George Romero

 

 

 

- un spectacle mort vivant sur nos rapports au smartphone -

Une création de la Cie Gérard Gérard

direction artistique : Alexandre Moisescot
écriture et interprétation : Nicolas Beduneau, Alexandre Moisescot, Claire Schumm et Aurelia Tastet
poète dramaturge : Jonn Toad
regards extérieurs invités : Françoua Garrigues et Jacques Livchine (Théâtre de l’Unité)
réalisation sonore : Michaël Filler
conception outils technologiques : Johan Lescure
conception video : Eric Massua
assistanat artistique : Ulysse Penincq
régie générale : Charles Vedel
effets gore et accessoires : Yves Mauffrey

Production : la Cie Gérard Gérard Co-Productions : La Générale (Paris), le Festival du Livre Vivant & le LIT (Rivesaltes).
Avec l’aide de la Région Occitanie, de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de la FDVA, du Conseil Départemental des Pyrénées Orientales et de la Ville de Rivesaltes.

Avec le soutien de la Petite Pierre (Gers), la Ville d’Alenya (66), le Théâtre de l’Unité, Curry-Vavart, Artcena, le SAS Delémont (Suisse), le TJP de Namur (Belgique) et le Théâtre des Gavroches (Brive).

LE DOSSIER DU SPECTACLE : ICI

 

 


Un spectacle grinçant qui prend la forme d’une dystopie métaphysique. Réinventant l’esthétique et les codes de la figure du Zombie, il questionne avec humour et décalage notre rapport aux smartphones, aux internets et à notre propre fin. Une création où le public ne doit surtout pas éteindre son téléphone mais finira par en avoir peur !

Dans un monde parallèle, miroir du nôtre, l’Humanité se dote d’un nouvel outil, Cloud-IA, qui la fait basculer sans heurts vers un transhumanisme toujours plus connecté. Marie, une jeune femme issue du public, perd puis retrouve la vie lors de la soirée de présentation de cette révolution numérique. Tout au long du spectacle, elle court après son identité et sa mémoire, sans cesse manipulée par les Gardiens de la Lumière Bleue. Les séquences se croisent et se télescopent faisant évoluer Marie dans un amas de souvenirs, un cauchemar éveillé, relatant la rapide dégénérescence d’un monde en train de se perdre. Guidés par la voix de Cloud-IA, les personnages se défont progressivement de leurs corps à mesure qu’avance cette quête métaphysique vers le secret de leur origine et cette bête question : comment en est-on arrivé là ?

 


      De tous temps, l’Humanité a évolué avec ses outils, passant des paliers possiblement qualifiables de « révolutions ». Nous parlons bien sûr aujourd’hui d’internet et, par synecdoque, du smartphone. Le genre humain est en train de muter, il est aux portes du transhumanisme. Progrès technique à l’évidence, quels sont néanmoins les dangers que ce changement comporte pour l’homme d’aujourd’hui et pour celui de demain ? En quoi et comment nos comportements évoluent-ils au quotidien ? En sommes-nous réellement conscients ? Comment peut-on maîtriser les mauvais symptômes d’un tel « virus » ? Va-t-on, avec ces téléphones intelligents, vers la fin de l’homo-sapiens ?   

      Nous sommes à la recherche d’une forme hybride, monstrueuse, composite, à l’image du sujet que nous traitons : mêlant bien sûr acteurs et technologies, chair et lithium mais aussi récit et rêverie, argument et hypnose. Quelque chose comme un choc théâtral s’apparentant à un cauchemar symphonique. Un spectacle mutant.

« Comme ce serait mou et inconsistant une tête de vivant,s’il n’y avait pas une tête de mort dedans » - Pablo Picasso